Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Fanartstrip,  le Blog 100 % BD  et dessins de presse

Articles avec #biographies tag

Biographie de Katsuhiro Otomo

22 Octobre 2007 , Rédigé par Fanartman Publié dans #Biographies

Le réalisateur Katsuhiro Ôtomo - Mushi-shi
Katsuhiro Ôtomo

Né en 1954 à Miyagi, une préfecture rurale du Japon, Katsuhiro Otomo déménage à Tokyo dans le but de devenir dessinateur en 1973, après la fin de ses études. Sa première oeuvre marquante est l'adaptation du roman de Prosper Mérimée : Mateo Falcone en une bande dessinée pour le magazine Action où il dessine des histoires courtes.

En 1979, Fireball est son premier manga d'envergure, l'année suivante, il ecrit Domu dont l'écriture se poursuit jusqu'en 1982 et qui connait un immense succès. La bande dessinée remporte même le grand prix de Science Fiction, jusqu'alors reservé à des romans. En 1982, il commence à publier l'oeuvre qui le fera découvrir au monde entier, Akira. Histoire fleuve de science fiction dans une ville de Tokyo apocalyptique, le manga Akira occupe son auteur pendant une décennie.

Devenu un célèbre mangaka, Otomo a d'autres talents et s'essaye à la réalisation d'anime. En 1987, il signe l'un des trois sketches de Manie Manie , ainsi que le début et la fin de Robot Carnival . Avec la même équipe, il se lance dans l'adaptation d'Akira en long métrage, en 1988. Le manga rencontre un énorme succès dans le monde et devient culte pour nombre de fans. Il permet également de faire connaitre ce style alors méconnu.

En 1991, il collabore au long métrage Roujin Z, il sera l'auteur, le meca et chara-designer du film. Il poursuit sur sa lancée en 1995, avec le film Memories , où il se charge notamment du sketch Cannon fodder et supervise l'ensemble de l'oeuvre. Il aidera par la suite son ami Satoshi Kon pour qu'il puisse réaliser son premier film Perfect Blue sorti en février 1998. Par la suite, il participe au film Spriggan sorti en 1998. Il scénarise le l'adaptation du manga de Osamu Tezuka Metropolis réalisé par Rintaro.

Parallèlement à ses participations à divers projets, il travaille plus de 8 ans sur le long métrage d'animation Steamboy . Un film aux moyens colossaux mêlant 2D et 3D où l'on retrouve le thème de prédilection d'Otomo : la science. Cependant le dessin-animé moins violent et davantage optimiste s'adresse à un public plus large que ses précédentes réalisations.

Le premier album d'Akira "L'autoroute"

Le dessin animé
SteamBoy
envoyé par finalalex
Lire la suite

La biographie de Baril

29 Août 2007 , Rédigé par Fanartman Publié dans #Biographies


© Baril
Le petit Michaël naît en 1981 en banlieue parisienne. Il passe son enfance à lire et à relire Tintin, Lucky Luke et Astérix. Un jour d'ennui, l'envie saugrenue lui prend de raconter ses propres histoires en bandes dessinées. Ses premières oeuvres (Tom Creeks le trappeur, Les aventures de Lulu et Roger...) sont couronnées d'un indéniable succès d'estime auprès de ses parents, qui rigoleront beaucoup moins quelques années plus tard, quand ils comprendront que la lubie passagère n'est pas prête de passer.

De fait, à l'âge où les gens normaux arrêtent de lire des bandes dessinées pour s'intéresser à des trucs de grands (comme les voitures, le football ou la théorie des quantas), Michaël continue à lire Spirou et à dessiner des petits miquets sous un pseudonyme ridicule.

Ainsi, depuis 2002, la signature de Baril apparaît dans chaque numéro de l'excellent fanzine Onapratut. Depuis 2006, on la retrouve également dans le Psikopat, le mensuel de l'équipe à Carali. Sur le web, le blog de Baril s'impose peu à peu comme un rendez-vous incontournable, chéri par des millions d'internautes avides d'humour et de dérision. Son auteur fait désormais partie de la jet-set de la blogosphère ; il est donc présent au mythique Festiblog depuis 2005 et, en 2006, il participe à la première salve de la collection Miniblog imaginée par Miss Gally et Dolph pour l'éditeur Danger Public.

Voilà voilà, et sinon vous ça boume ?

Lire la suite

La biographie de Grémi

3 Août 2007 , Rédigé par Fanartman Publié dans #Biographies


Mon Autoportrait
 
    De mon vrai nom Michel Gregeois, c'est en plein XXème Arrondissement de Paris que je naquis tout chétif pendant la guerre (la 2ème, quand même!). Chétives aussi les études. Avec mon bagage, je n'ai pas besoin de porteur, comme disait l'autre.

  Dans les années 60, je passe quelques mois à Londres, pour m'affiner le palais et décrocher le diplôme de la "Royal Society of Arts", qui n'a rien à voir avec les Arts graphiques contrairement à ce que je laisse croire dans les périodes où j'me la pète grave. Je découvre alors les "cartoonists" de presse anglais (Reg Smythe, Mac, Giles etc...) et l'humour british dont je suis friand.

  J'admire aussi et pille gauchement les "grands" français (dont certains sont belges malheureusement) Dubout, Franquin, Loup, Greg etc... Ce sont les amis Tym et Ydel qui me secouent, me tirent d'une douce torpeur congénitale alors que je gribouille mollement sur "Webmatin" et m'ouvrent d'autres horizons. Ma reconnaissance leur est acquise.
 
 
 
    N'hésitez pas à me contacter si vous avez des projets intéressants. J'accepte tout travail (hormis le dépannage des chaudières à gaz bien entendu :-), facile et bien payé.
Lire la suite

La Biographie de Troll

2 Août 2007 , Rédigé par Fanartman Publié dans #Biographies

Troll


La biographie officielle :

Simon F., alias Troll est né le 16 octobre 1982, à l'hopital de Ris Orangis (91). Après une petite semaine de couveuse et une opération pour lui décoller un oeil (ça se voit pas, enfin je crois), Troll rentre enfin chez ses parents à Evry dans l'essonne.
Il y vivra jusqu'à ses 24 ans, avant de voler de ses propres ailes à Corbeil-Essonnes (91).

Le petit Troll passa une enfance sans problèmes (classique, quoiqu'incapable de jouer au foot correctement). Adolescent, il s'essaya à la musique (guitare) et au dessin (faut bien), avant d'envisager des études de Cinéma (pour être Ingénieur du son), puis des études scientifiques (par dépit).
Le Bac scientifique obtenu de justesse (10,00 sans rattrapage héhé), Troll se tourna vers l'informatique avec succès. Après un BTS d'Informatique Industrielle, Troll envisagea un petit changement d'orientation et une spécialisation vers le Multimédia et la conception de sites Internet.
Titulaire d'une licence professionelle en Activité et Techniques de Communication, option Webmaster, Troll se lança dans la vie active (en tant que Responsable de Projet Internet), avant de reprendre un an plus tard ses études pour être plus riche plus tard.
Aujourd'hui fier possesseur d'une maitrise d'AIGEME ( Applications Informatiques : Gestion, Etudes, Multimédia et E-Formation) avec mention Bien, Troll tente aujourd'hui d'obtenir un MASTER, pour en finir définitivement avec les études.

Depuis tout petit le Troll dessine. D'abord avec difficulté, ensuite avec mal. Dès 3 ans, il devient le spécialiste du coloriage hors piste, puis de l'art abstrait (abstrait pour les autres, mais très clair pour lui par contre).
La réalisation de BD arriva dès la première 1ère S du Troll, avec les aventures de Mister Gode (une honte).
Puis après son redoublement (une blague), la concécration, la rencontre avec taz, la création des Kros Niquent, une collaboration de deux ans, 8 tomes des Kros Niquent, et un album de 48 pages intitulé La Vengeance du Koala, tout ça au fond de la classe (car y fait plus chaud).
Après la délicate séparation (Troll -> Informatique, taz -> Fac d'Histoire entre autres), Troll se lance dans le strip, avec les stips de Troll et taz, les Supers Légumes, et les Moutons.

Depuis peu, Troll possède un blog et il est content.
Lire la suite

La biographie de Chappatte

1 Août 2007 , Rédigé par Fanartman Publié dans #Biographies

Bio-Chappatte.png
Lire la suite

Baba nous fait des confidences

26 Juillet 2007 , Rédigé par Fanartman Publié dans #Biographies

Un autre Tagué depuis quelques temps déjà (le 6/11/2005)
Le principe du tag tu dois te décrire, parler de ton intimité, se dévoiler quoi !
Une fois que tu as rempli ta mission, tu passes à ton voisin zin !

Baba-tagu---1-copie-1.pngBaba-tagu---2.pngBaba-tagu---3.pngBaba-tagu---4.pngBaba-tagu---5.pngBaba-tagu---6.pngBaba-tagu---7.png
© Dessinateur BABA
Baba.png
Lire la suite

Fortu nous fait des confidences !

20 Juillet 2007 , Rédigé par Fanartman Publié dans #Biographies

L'auto portrait d'un tagué



© Fortu
Fortu.png
Lire la suite

L'intimité de Julien "Alias Zecoco"

22 Juin 2007 , Rédigé par Fanartman Publié dans #Biographies

http://fdjibi.free.fr/akakor/tag-big.jpg
Dessinateur  : © Julien Novotny - Coloriste : Oken

Akakor.jpg
Lire la suite

Biographie de Martin Roy

20 Juin 2007 , Rédigé par Fanartman Publié dans #Biographies

Martin Roy Né en 1971 à Sorel (Canada)
Martin Roy dessine et réalise des bandes dessinées depuis toujours.
Une légende québéquoise raconte à ce propos qu’il n’a pas pleuré
pour réclamer son premier biberon mais l’a dessiné.
 
Se revendiquant d’un mouvement “GGG” (NDLR: dont il est fondateur et,
actuellement, l’unique représentant) dans lequel se mêlent Goldorak,
Gaston Lagaffe et Gotlib, son style réalise en fait la synthèse entre l’école
franco-belge ligne claire classique et l’ambiance graphique typiquement
nord- américaine.
 
Passionné par la mise en scène, Martin Roy attache une importance
toute particulière à l’émotion transmise par ses personnages ainsi
qu’à leur “présence” scénique.
 
Ses nombreuses collaborations tant au Canada qu’en Europe lui ont 
permis d’acquérir de l’expérience dans des domaines aussi variés que:

- les histoires courtes
   - Binrède (9 aventures éditées en fanzines)
   - David Ange
   - Faldo

- l’histoire humoristique complète

Lire la suite

Biographie de Gotlib

18 Juin 2007 , Rédigé par Fanartman Publié dans #Biographies

http://hugues.blogs.com/photos/uncategorized/gotlib.jpg
Marcel Gotlib naît le 14 juillet 1934 à Paris.

Sa vocation est précoce : tout môme, il tartine les murs de l’appartement familial de graffitis que son père lessive chaque dimanche : “Mes gravures rupestres disparaissaient comme par magie, et je disposais toujours de surfaces bien propres pour recommencer à tout dégueulasser.”

Après une scolarité sans histoires, il devient comptable à l’Office commercial pharmaceutique (le jour), tout en faisant les Arts appliqués (le soir) et du théâtre amateur (le dimanche).
Cette activité dominicale donne un résultat inattendu : répétant chez un copain dont le père est dessinateur, il est galvanisé par l’exemple, porte son dossier à Mickey et gagne une place de lettreur dans les studios d’Edi-Monde.

Après 28 mois de service militaire en Allemagne, il dépose en 1962 un dossier chez Vaillant, et part en vacances sans prévenir.

Quand il revient, on le cherche partout : il est engagé. Il crée Nanar et Jujube, série dans laquelle va naître Gai Luron, qui finira par piquer la vedette à tout le monde.




Mais ce qui l’obsède, c’est Pilote. Il en rêve la nuit sans oser y aller. De temps en temps, il appelle la rédaction et raccroche.
Enfin, mort de trac, il s’y présente un jour de 1965 avec un échantillon de son labeur — six pages racontant les affres d’un dessinateur d’humour.

La bande dessinée de l’époque étant plutôt portée sur les héros comme Tintin ou Tarzan, et pas du tout sur les affres d’un auteur comique en panne, il n’y croit pas beaucoup.

Il a tort : Pilote le publie et Goscinny lui propose de travailler
avec lui sur les Dingodossiers




Ce qui fait de Gotlib un homme honoré et heureux, mais vachement crispé, vu qu’il ne se sent pas à la hauteur de l’honneur qui lui est fait.

De plus, il passe son temps à dessiner des embouteillages et des phares bretons — Goscinny adore lui faire dessiner ça — et ses copains l’engueulent : il faut qu’il se trouve un héros, ce style de BD ne mène nulle part.

Mais ce diagnostic s’avère nul, puisque Les Dingodossiers le mènent tout droit à la Rubrique-à-Brac, série avant-gardiste née en 1968 et devenue mythique.

C’est là qu’il devient une star que tout le monde reconnaît dans la rue, à cause de sa manie de s’auto-dessiner avec son duffle-coat et sa couronne de lauriers.


Dans la foulée, Gotlib scénarise les Clopinettes pour Mandryka, 

Cinémastock pour Alexis (un joyau de rigolade burlesque) et crée

Hamster Jovial dans Rock and Folk.



En1972, il lance l’Echo des Savanes avec Bretécher et Mandryka.

Il en profite pour se défouler sur des choses interdites aux moins de douze ans, comme le sexe, Dieu et la scatologie, dans le seul but de faire rigoler les copains et sa crémière.

En réalité, l’explosion de l’Echo des Savanes éclabousse largement le monde de la bande dessinée et débouche

sur la création d’un tas de fanzines et autres “territoires libérés”.


La même année, il crée avec Jacques Lob Superdupont, et le premier album

lui vaudra deux coups de fil : un de Coluche qui souhaite incarner le héros

franchouillard au cinéma — ça ne se fera pas — et un de Savary qui souhaite

le monter en comédie musicale — ça se fera en 1982.


En 1975, avec son copain Jacques Diament, Gotlib fonde
Fluide Glacial, où il crée les aventures dégoûtantes de Pervers Pépère, tout en signant une foule d’éditos hilarants.

Côté cinéma, il co-scénarise en 1975 Les vécés étaient fermés de l’intérieur (de Patrice Leconte, including Coluche).
On l’aperçoit en 1986 dans Je hais les acteurs, de Gérard Krawczyk, et il est (évidemment) le héros de My name is Gotlib, court-métrage de Patrice Leconte commandé par la télé et jamais diffusé.


En 1991, il est intronisé Grand Prix d’Agoulême, et, selon la coutume, une exposition lui est consacrée l’année suivante, EuroGotlibLand.

En 1993, il publie chez Flammarion J’existe, je me suis rencontré, roman autobiographique bourré d’humour et d’émotion, où il raconte sa vie d’enfant juif pendant l’Occupation.



Quelques années plus tard, il concrétise un rêve d’enfant en réalisant pour Canal + une série d’animation “culturelle”.

On y voit la coccinelle de la Rubrique-à-Brac faire le zouave parmi des œuvres d’art mondialement réputées, signées Michel-Ange ou Léonard de Vinci.

De cette série naîtra un album instructif et désopilant, Rubrique-à-Brac Gallery.




Maintenant, Gotlib jouit de vacances bien méritées — si l’on considère la somme de chefs-d’œuvre pondus sans relâche depuis les gravures rupestres de son enfance —, tout en continuant d’exercer son humour (glacé et sophistiqué) dans le domaine de l’illustration, pour peu que la météo soit favorable et qu’on le lui demande poliment.

(source le site officiel de Gotlib)

 

Lire la suite

Le dessinateur Petillon

4 Juin 2007 , Rédigé par Fanartman Publié dans #Biographies

René PétillonRené Pétillon

René Pétillon dit Pétillon, est un auteur de bandes dessinées né le 12 décembre 1945 à Lesneven (Finistère).

Biographie

Autodidacte, il commence par être publié dans la revue Planète en 1968 et jusqu'en 1972 dans divers magazines comme l'Enragé, Plexus, etc. Il entre ensuite au journal Pilote. En 1974, il crée l'inspecteur Jack Palmer (une sorte d'inspecteur Columbo qui ne ferait pas semblant) qui devient rapidement son personnage fétiche et qui figurera au sommaire de plusieurs magazines comme l'Écho des savanes, Pilote, Télérama, VSD.
Pour le dessinateur Yves Got, il scénarisera le Baron noir dans le quotidien le Matin. Il a ainsi un parcours plus qu'atypique, n'hésitant pas, au gré des opportunités, à collaborer avec des magazines tantôt serieux tantôt plus provocants. Ceci sans jamais perdre son style personnel, rafiné et élégant mais cependant sans concession. c'est aini qu'il entre peu à peu dans le dessin de presse alors même qu'il n'en avait pas vraiment fait avant les années 90. Ainsi,en 1993 il commence à dessiner pour le Canard enchaîné.

René Pétillon est Grand Prix de la ville d'Angoulême en 1989 et lauréat du Grand Prix de l'humour vache au Salon international du dessin de presse et d'humour de Saint-Just-le-Martel 2002.

L'album l'Enquête corse (prix du meilleur album au Festival d'Angoulême 2001) est adapté pour le cinéma dans un film homonyme, réalisé par Alain Berbérian et sorti le 7 octobre 2004.

Le trait de René Pétillon, au départ très mou, a évolué vers un grand dynamisme. Son humour est pertinent et sans méchanceté comme en témoigne l'accueil chaleureux que la population corse a fait à l'album l'Enquête corse qui pointe pourtant du doigt la complexité et parfois l'absurdité de la vie politique sur l'Île de beauté.

Albums

Le Baron noir (scénario), avec Yves Got (dessin), auto-édition et Le Matin de Paris, 6 volumes, 1976-1981.
Le chien des Basketville, Éditions du Fromage, 1979.
Les carottes sont cuites, Les Humanoïdes Associés, coll. « Métal Hurlant », 1980.
Bienvenue aux terriens, Dargaud, 1982.
La fin du monde est pour ce soir, Albin Michel, 1986.
Panique à Londres (scénario), avec Jean-Marc Rochette (dessin), Albin Michel, 2003.
Scandale à New-York (scénario), avec Jean-Marc Rochette (dessin), Albin Michel, 2004.
Triomphe à Hollywood (scénario), avec Jean-Marc Rochette (dessin), Albin Michel, 2006.
Super Catho (scénario), avec Florence Cestac (dessin), Dargaud, 2004.

Jack Palmer :
  1. Pétillon, Éditions du Fromage, 1976. Réédité les Éditions du Fromage sous le titre Gourous, derviches and co en 1979 et par Albin Michel sous le titre Une sacrée salade en 1983.
  2. Mister Palmer et Docteur Supermarketstein, Éditions du Fromage, 1977.
  3. La dent creuse, Éditions du Fromage, 1978.
  4. Les disparus d'Apostrophes, Dargaud, 1982.
  5. Le chanteur de Mexico, Dargaud, 1984.
  6. Le prince de la BD, Dargaud, 1985.
  7. Le pékinois, Dargaud, 1987.
  8. Un détective dans le yucca, Albin Michel, coll. « L'Écho des Savanes », 1989.
  9. Narco-dollars, Albin Michel, coll. « L'Écho des Savanes », 1990.
  10. Un privé dans la nuit, Albin Michel, 1993.
  11. L'affaire du top model, Albin Michel, 1995.
  12. L'Enquête corse, Albin Michel, 2000.
  13. L'affaire du voile, Albin Michel, 2006.
Son premier Album
Jack-Palmer--P--tillon-.jpg

Hors série

Le meilleur et le pire de Jack Palmer
, Albin Michel, coll. « L'Écho des Savanes », 1999.
Jack-Palmer-le-meilleuret-le-.JPG
 
  •  
  •  


Lire la suite

Le dessinateur Charb

31 Mai 2007 , Rédigé par Fanartman Publié dans #Biographies


Charb

Biographie
  Charb , Charb naît à Conflans-Sainte-Honorine le 21 août 1967. Il apprend à dessiner pendant les cours de maths et bon an, mal an finit par être un peu moins nul en dessin qu'en maths. Il publie ses premiers dessins dans le journal du collège à Pontoise où il signe encore de son vrai nom, Charbonnier. Sa signature prend souvent plus de place que le dessin qui l'accompagne, au lieu d'agrandir le dessin, il finit par rétrécir son nom. Il dessine ensuite pour les Nouvelles du Val-d'Oise, l'hebdomadaire local, tout en préparant un bac qu'il aura du mal à avoir du deuxième coup. Il entame un BTS de pub qui, pense-t-il, lui permettra d'apprendre à dessiner tout en lui garantissant un boulot à la sortie. Il arrête tout au bout de trois mois réalisant que le monde de la pub ne correspond pas à la caricature qu'on en fait : la réalité est bien pire. Il dessine alors pour les programmes des salles de cinéma Utopia. La charge de travail n'étant pas suffisante pour justifier un salaire de TUC (travail d'utilité collective), il nettoie aussi les chiottes puis devient surveillant dans un collège d'Argenteuil. Dans le même temps, il place quelques dessins à droite et à gauche (surtout à gauche en fait) et se défoule dans le fanzine Canicule. En 1991, il collabore régulièrement à La Grosse Bertha qu'il quittera en juillet 1992 avec le gros de l'équipe pour participer au relancement de Charlie Hebdo dans lequel il publie encore aujourd'hui l'essentiel de ses dessins et de ses textes. On a pu voir ou apercevoir aussi, au cours des vingt dernières années, ses dessins avec une fréquence variable dans le Monde Libertaire, Télérama, Mon Quotidien, l'Humanité, l'Hebdo, le monde des ados, Fluide Glacial, l'Écho des Savanes, Libération, les Cahiers pédagogiques, la Nouvelle Vie Ouvrière, Rouge, Zoo, Canal+...
Découvrer son album



Paru le : 22/10/2004
Dimensions: 17 X 24 cm
Pages: pages
Prix: 14.95€
Lire la suite

Philippe Geluck

27 Mai 2007 , Rédigé par Fanartman Publié dans #Biographies


Biographie
Philippe Geluck est né en 1954 à Bruxelles.
Dessinateur, comédien, homme de radio et de télévision.
Après des études à l’Insas (Institut national supérieur des arts du spectacle)
il commence sa carrière sur les planches où il joue Mackie dans l'Opéra de quat'sous, Werther 75, Roméo et Juliette, Faust, Bent...
En 1976, il lance le Théâtre Hypocrite et y joue Chaval ou Copi.
En 1982, il crée Un certain Plume de Michaux.

En 1978 il entame une collaboration avec la RTBF, chaîne publique belge, d’où naîtront plus de 1500 émissions au ton mordant, tant en télé qu’en radio.

Depuis 1996, il participe régulièrement aux émissions de Laurent Ruquier, d’abord sur France Inter, ensuite sur Europe 1 dans « On va s’gêner !».
Depuis septembre 1999, il collabore à « Vivement Dimanche Prochain », qu’il coanime désormais avec Michel Drucker sur France 2. Il sévit aussi dans « On a tout essayé » sur cette même chaîne.

Geluck n’a jamais cessé de dessiner : il publie son premier cartoon à l’âge de quinze ans et expose ses aquarelles et dessins d'humour à Bruxelles, Paris, Londres, Milan, Copenhague, Dallas…

En mars 1983, il crée Le Chat pour le quotidien belge Le Soir. Et depuis on peut retrouver ce célèbre matou dans la presse française, espagnole, portugaise, allemande, suisse, hollandaise, italienne, américaine et iranienne.

Philippe Geluck a publié une vingtaine d’albums chez Casterman, vendus à plusieurs millions d’exemplaires.

En octobre 2003, à Paris, puis en février 2004 à Bruxelles, Geluck propose une exposition monumentale retraçant une vie de bonheurs graphiques. 250 000 visiteurs ont découvert « Le Chat s’expose » avant la tournée francophone qui s’étalera sur plusieurs années.

le site de philippe geluck
Son personnage Fétiche le "Chat"


Ingénieux personnage !!!
http://www.lambiek.net/artists/g/geluck_philippe/geluck_philippe.jpg
Lire la suite

Greg

24 Mai 2007 , Rédigé par Fanartman Publié dans #Biographies

Greg, de son vrai nom Michel Regnier, (né le 5 mai 1931 à Ixelles, mort le 29 octobre 1999) est un dessinateur, scénariste, rédacteur en chef et directeur littéraire de bande dessinée belge.

Il grandit à Herstal, près de Liège. Greg imprime son premier journal, Le Journal de Nouny, en 1943. Greg disparait en 1999, laissant une œuvre monumentale, considérée comme l'une des plus importantes et les plus innovantes de la BD. Il est surtout connu pour son personnage Achille Talon.

 

Reprises de séries existantes 

Greg est capable de s'adapter à différents styles et excelle quand il s'agit d'écrire des scénarios pour des séries existantes.

 

Spirou et Fantasio 

Entre 1960 et 1966, Greg écrit des scénarios pour la série Spirou, dessinée par Franquin: Le Voyageur du mésozoïque (1960), le prisonnier du Bouddha (1960), Z comme Zorglub (1961), L'Ombre du Z, (1962), Tembo Tabou (1964) et QRN sur Bretzelburg (1966), qui reste un album culte de la série.

Il est difficile de discerner l'apport de Greg dans ces albums car Franquin était connu pour modifier complètement la trame établie par ses scénaristes.

 

Modeste et Pompon

Également avec Franquin, Greg écrit des gags de Modeste et Pompon, vers la fin des années 1950.

 

Les Aventures de Tintin =

En 1958, Hergé, auteur des aventures de Tintin en panne d'inspiration, demande à Greg de concevoir un projet d'aventure pour sa célèbre série. Greg travaille avec Hergé sur deux projets, Les Pilules et Tintin et le Thermozéro. Tous deux suivent le modèle d'une course-poursuite effrenée à la poursuite d'un objet au centre de bien des convoitises, à savoir des pilules radioactives dans le premier projet, et une bombe d'un nouveau type dans le second. Greg fait un travail remarquable, comme à son habitude il adopte parfaitement le style de la série et réussit à écrire un scénario de Tintin passionnant, drôle et digne des meilleurs scénarii hergéens. C'est peut-être ça qui gênera Hergé qui interrompt finalement le projet. Plus tard, Hergé déclara à Benoît Peeters (in "Le Monde d'Hergé') : "J'ai essayé de travailler avec Greg qui m'a composé un très bon scénario, mais un scénario que je n'ai jamais utilisé, parce que je me sentais prisonnier d'un carcan dont je ne pouvais plus m'échapper.".

En 1972, Greg, visiblement nettement moins inspiré, écrit un scénario, assez décevant, pour un dessin animé de Tintin (Tintin et le lac aux requins), également adapté en bande dessinée par le Studio Hergé.

Greg reste cependant assez apprécié des collaborateurs d'Hergé puisque, en 1983, lorsque Hergé meurt laissant un projet d'album inachevé (Tintin et l'Alph-Art), son plus proche collaborateur Bob De Moor projète d'achever le projet en compagnie de Greg pour achever le scénario. De Moor se heurta cependant au refus de Fanny Remi, veuve de Hergé, qui, après avoir dans un premier temps avalisé le projet, fut convaincue par Benoit Peeters de faire marche arrière.

 

La croisière s'amuse 

Aux États-Unis, Greg écrit également des scénarios pour certains épisodes de la série télé La croisière s'amuse (The Love Boat).

 

Créations personnelles [

Très prolifique, Greg crée aussi de nombreuses autres séries.

Parmi les plus notables on peut citer deux séries réalistes avec le dessinateur Hermann (Comanche et Bernard Prince), une série de science-fiction (Luc Orient), une autre relatant les aventures d'agents secrets (Bruno Brazil, avec le dessinateur William Vance), une série fantaisiste d'une grande poésie (Olivier Rameau, avec le dessinateur Dany ), etc.

Cependant sa création la plus remarquable est certainement Achille Talon, créé en novembre 1963 pour le magazine Pilote.

Achille Talon est reconnu pour les qualités de son dialogue brillant et fin, rempli d'allusions culturelles et de calembours savoureux, qui lui valent de figurer par pages entières dans les manuels scolaires, et de faire l'objet de plusieurs thèses de doctorat. S'il n'a jamais reçu le Grand Prix d'Angoulême, il s'est vu consacré en janvier 1999 par l'exposition-rétrospective "ABCDEF GREG... !", conçue par Dominique Poncet et Benoît Mouchart. Avec ce dernier, Greg a par ailleurs publié la même année un passionnant recueil d'entretiens aux éditions Dargaud : "Michel Greg, Dialogues sans bulles" (collection Portraits)/

Dans les années 90, il publie un recueil d'aphorismes, "Il pense donc je suis", quelque part entre Oscar Wilde et Sacha Guitry.

Pour le n°100 du décadaire nationaliste Le_Libre_Journal_de_la_France_Courtoise, de Serge de Beketch, Greg illustra la une avec son personnage-culte Achille Talon.

 

Ses séries 

 

Dessinateur et scénariste 

  • Achille Talon (42 volumes de 1966 à 1996)
  • Couverture-achille-Talon.jpg
  • Mais aussi
  • Les As (7 volumes de 1963 à 1968)
  • Babiole et Zou (1 volume en 1985)
  • Constant Souci (un volume en 1967)
  • Pic et Nic (4 volumes de 1995 à 1999)
  • Rock Derby (7 volumes de 1974 à 1980)
  • Zig et Puce (6 volumes de 1963 à 1969)
Lire la suite

Stan Lee

23 Mai 2007 , Rédigé par Fanartman Publié dans #Biographies

Le créateur en 1970 de la bande dessinée qui a bercée mon enfance
Strange dont voici le premier album

Couverture--Stange.jpg

Stan Lee, de son vrai nom Stanley Martin Lieber, est né le 28 décembre 1922 à New York (États-Unis). Il est scénariste et directeur de publication américain.

Biographie

Stan Lee
Stan Lee

Lee est (avec des artistes tels que Jack Kirby et Steve Ditko) le co-créateur de dizaines de super-héros qui sont le fondement de l'univers partagé dans lequel évoluent les personnages de la firme Marvel Comics. Le succès de ses personnages propulsa Marvel Comics du rang de petite société d'édition à celui de groupe industriel multimédia.

Alors qu'il était encore mineur, Lee commença à travailler comme copyboy pour l'éditeur Martin Goodman et sa société Timely Comics. Sa première œuvre publiée fut une page de texte dans la revue Captain America. Bien vite, Stan Lee devint scénariste à part entière. À 17 ans, il devint le plus jeune directeur de publication dans l'industrie des comics.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, Stan Lee servit dans le service de communications de l'US Army. Il était chargé de rédiger des manuels utilisateurs et d'écrire les scénarios de films de divertissement. Il arrivait même qu'on lui demande de dessiner ou d'écrire des slogans.

De retour à la vie civile, Lee repris ses fonctions chez Timely Comics. Pendant les années 1950, il écrivit des scénarios de comics dans tous les genres en vogue à l'époque : romance, guerre, horreur, histoires de monstres.

En 1961, Stan Lee et le dessinateur Jack Kirby créèrent la série Fantastic Four. Le succès du titre fut tel que Stan Lee lança toute une gamme de comics dans la lignée de ce titre : Spider-Man, Hulk, Daredevil, les X-Men, Thor, Docteur Strange et bien d'autres.

Stan Lee était directeur de la publication et écrivait les synopsis de la plupart des séries publiées par Marvel dans les années 1960. Il s'occupait aussi du courrier des lecteurs et du rédactionnel des revues. Pour supporter une telle charge de travail, il inventa le mode de production des comics qui est aujourd'hui connu sous le nom de Marvel-style. S'appuyant sur des dessinateurs très compétents, Stan Lee se contentait de leur raconter les grandes lignes de l'histoire à illustrer. Le dessinateur était alors chargé de mettre en page l'histoire de manière à atteindre le nombre de pages allouées dans la revue. Une fois l'histoire dessinée, Stan Lee ajoutait les dialogues. En fait, les dessinateurs était les co-scénaristes des séries qu'ils illustraient.

La part de mérite qui revient à Stan Lee ou aux dessinateurs (en particulier Jack Kirby et Steve Ditko) dans la création de l'univers Marvel est encore l'objet de nombreux débats. Selon certains, Lee a une facheuse tendance à tirer la couverture à lui. Pour d'autres, Lee surestime le rôle qu'ont eu les artistes dans le processus de création.

Lee réinventa le genre des comics de super-héros. Il fit de ses personnages des êtres humains faillibles et imparfaits. Ses héros étaient colériques, mélancoliques, vaniteux ou avides. Les prises de becs entre eux étaient fréquentes. Et leurs soucis étaient ceux de monsieur tout-le-monde : les factures à payer, la maladie de leurs proches, les querelles avec leur petite amie … des personnages dans lesquels les lecteurs trouvaient un écho à leurs propres problèmes.

Dans les années 1970, Stan Lee est devenu l'ambassadeur de Marvel Comics. Il a déménagé en Californie en 1981 pour participer aux projets d'adaptation de ses personnages à la télévision et au cinéma.

En 1992, il profita du lancement de la ligne Marvel 2099 pour lancer une nouvelle série, Ravage 2099, mais il fut vite remplacé.

En 2001 il travailla pour DC Comics, son éternel rival en scénarisant les comics Just Imagine, dans lesquels il réinventait les plus grands héros de DC en appliquant les recettes qui avaient fait son succès chez Marvel Comics à la grande époque.

Il a été producteur exécutif et a fait des apparitions à la Hitchcock dans la plupart des adaptations cinématographiques Marvel
Lire la suite
Lire la suite